Notes

Sous le récit, les notes

Remarques générales
Donner une forme légèrement romancée à la vie d’Anne-Marie Javouhey a consisté avant tout à inventer dans la forme. Ceci veut dire que le propos du récit est soit totalement attesté par les sources, et dans ce cas le but de ces notes est de les mentionner, soit largement plausible, et alors, leur but est de justifier mon choix. Je précise aussi les modifications de détail afin que vous puissiez vous assurer par vous-même qu’elles n’affectent pas le fond du propos. Autant dire que la consultation des notes peut déflorer le récit. Aussi, je suggère de ne les consulter qu’une fois la lecture arrivée à son terme.
Les illustrations de la galerie d’images sont également indiquées au fil de ces notes.
Chaque source est détaillée mais un onglet réservé à cet effet les récapitule comme dans la thèse.
Précisions relatives aux archives des sœurs : c’est un fonds inestimable car les sœurs échangeaient en toute confiance. Le fonds principal, celui des lettres d’Anne-Marie Javouhey, livre quasiment tous les originaux des lettres qui leur étaient destinées (Original, SJDC). Ce n’est pas le cas des lettres envoyées à d’autres destinataires. Mais lors de la composition des Annales, les sœurs, sous la houlette de leur auteure, sr Léontine Fontaine, ont réussi à en collecter et les ont recopiées dans trois cahiers (SJDC, cahier I, II ou III, suivi du numéro des pages). Ces lettres font parfois doublon avec celles figurant dans la correspondance administrative (ANOM, CARAN) mais pas toujours. Il existe aussi un Livre de la correspondance officielle. Dans ce livre, Auguste Javouhey recopiait les lettres de la supérieure générale destinées à l’administration ainsi que celles venues de Paris dont on n’a pas toujours les brouillons et qui sont définitivement perdues comme presque toutes les lettres envoyées à Mana. Ce Livre de la correspondance officielle est intéressant aussi pour les lettres ne présentant qu’un intérêt local et que, pour cette raison, le gouverneur ne jugeait pas utile de transmettre à Paris. Sans lui, elles seraient pour la plupart perdues.

Indications pour la consultation
A chaque chapitre correspond un fichier de notes. Chacun commence par l’indication des ouvrages et sources qui reviennent le plus souvent dans ces notes. J’ai en effet voulu donner la possibilité de les consulter sans avoir à rechercher trop loin l’intitulé complet de la référence, comme on le fait dans un livre où sa répétition est abrégée par un op. cit.
Outre Anne-Marie Javouhey, les correspondances de quatre religieuses interviennent fréquemment, ce sont celles des trois sœurs et de la nièce Javouhey. Par souci de ne pas alourdir les notes, toutes figurent par leur seul nom de religieuse : Anne-Marie, Marie-Thérèse, Marie-Joseph, Rosalie et Clotilde. Les noms des autres sœurs sont précédés d’un sr. Ceci permet aussi de les distinguer quand elles portent le même nom de religieuse.

Et pour ne pas conclure
La rédaction de ces notes m’a maintenue dans la dynamique de la réflexion sur Anne-Marie Javouhey, véritable cas d’école. Je serais heureuse si elles donnaient matière à des échanges. Merci de vos remarques et critiques.


Héritages

Racines (1779-1791)
Révolution (1792-1798)
Vocation (1798-1800)
Sœur Jeanne-Antide Thouret (1800-1802)
Dom Augustin de Lestrange (1802-1804)
Adieu, Chamblanc (1805-avril 1807)
Fondation (mai-juin 1807)
Tribulations (été 1807-été 1815)

Temps nouveaux
Paris (septembre 1815-janvier 1816)
Gérando et les dames inspectrices (février-août 1816)
Le dogme, l’œuvre et la piété
Dans ce pays lointain (1816-1817)
Partir (mai 1818-février 1822)
Sénégal (mars-novembre 1822)
Gambie, Sierra Leone (janvier-juillet 1823)
Schisme (1824-1825)
Le concile de Trente et les femmes
Statuts et règles (1826-1828)
À la lumière de Thérèse
Guyane (1763-1823)
Filleau de Saint-Hilaire (1823-1827)
Capitaine Gerbet (1827-janvier 1828)

Sainte entreprise
Le grand départ (février-juin 1828)
Au pays enchanté (août-décembre 1828)
Fêlures (janvier 1829-janvier 1830)
Des nouveaux venus à la Mana (février 1830-mai 1831)
Le tournant (mai 1831-mai 1833)
Retrouvailles (mai-décembre 1833)
La sainte entreprise (1834)
Roger, un idéaliste colonial
La petite expérience de Saint-Hilaire (1834-1835)
Monseigneur d’Héricourt (printemps-été 1835)
Sœur Théodosie Rivoire (septembre-décembre 1835)
Contre vents et marées (décembre 1835-mars 1836)

Mission
Les libérés engagés (mars-avril 1836)
Retour sous tension (avril-août 1836)
Qui a voulu tuer Anne-Marie Javouhey ?
Tenir (septembre 1836-octobre 1837)
Préparatifs (octobre 1837 – avril 1838)
Mères et pères dans la grâce du Seigneur
Libres et Mananais (avril 1838-janvier 1839)
Contre-attaque (janvier 1838 – août 1839)
Le malentendu colonial
Ennemis, tous unis (septembre 1839-octobre 1840)
Une excentricité coloniale (avril 1840-juin 1841)
Le nouveau projet (juin 1841-février 1842)
Le coup fatal (mars 1842-mai 1843)

Le labyrinthe des signes
Espoir toujours (mai 1843-mars 1843)
Désarrois (avril 1844-juillet 1845)
Drame à Cluny (juillet-octobre 1845)
La paix d’Autun (juillet 1845-1846)
Sœur Marie-Joseph Lambert (1846)
L’abbé Moussa (1846)
Adieu, petite province noire (1844-1847)
L’étrange république (1848)
La piété et l’utopie
Ces chers Africains (1848-1849)
Derniers feux (1849-1851)

Épilogue
Leur vie après Anne-Marie.

Les commentaires sont fermés.

  • Ce site est, pour ceux qui le désirent, un complément au livre de Pascale Cornuel